Sports

Sports d’aventure: saut à l’élastique

100views

Le saut à l’élastique est un sport aventureux dans lequel le participant saute d’une grande hauteur alors qu’il est connecté à une grande corde en caoutchouc. Le saut peut être fait du haut d’un grand bâtiment, d’un pont ou d’une grue. Pour apporter plus d’adrénaline, le saut peut être effectué à partir d’un objet en mouvement comme un hélicoptère ou une montgolfière.

Le mot Bungee a été développé en 1930, ce qui signifie gomme en caoutchouc. L’idée est née des habitants de l’île de la Pentecôte, qui avaient l’habitude d’attacher des vignes à leurs chevilles et de sauter de hautes plates-formes en bois. La vigne a été remplacée par un cordon élastique. Les membres du club Dangerous Sports ont fait le premier saut à l’élastique officiel le 1er avril 1979 depuis le pont suspendu de Clifton à Bristol. Au début, ils ont été arrêtés, mais plus tard, ils sont apparus à la télévision et ont sauté de nombreux endroits, y compris des montgolfières et des grues mobiles, en 1982.

AJ Hackett de Nouvelle-Zélande a fait le premier saut à l’élastique commercial en 1986, depuis le pont Greenhithe d’Auckland. Après cela, il a fait de nombreux sauts depuis des monuments célèbres comme la Tour Eiffel. Le premier site de saut à l’élastique a été posé à Queenstown, en Nouvelle-Zélande, sur le pont de Kawarau.

La corde en caoutchouc absorbe toute l’énergie de la chute et lorsque la corde revient, le sauteur vole vers le haut. Le processus d’oscillation se poursuit jusqu’à ce que toute l’énergie soit utilisée. La corde en caoutchouc est recouverte de tissu et possède des crochets aux deux extrémités. C’est un cordon de choc tressé spécialement conçu. Une couverture extérieure solide renferme de nombreux brins de latex. La fonction de la couverture extérieure robuste est de fournir une durabilité. Certains envisagent d’utiliser des cordons non tressés sans le revêtement extérieur résistant, qui offre un rebond plus long et plus doux. Les opérateurs commerciaux sont obligés d’utiliser des harnais de sécurité pour assurer la sécurité en cas d’accident.

Les variantes du saut à l’élastique traditionnel sont la catapulte, la tour jumelle, la course à l’élastique et le trampoline à l’élastique. En catapulte, le sauteur est placé sur le sol et le cordon est tendu, généralement à l’aide d’une grue, puis le sauteur est relâché et il va tirer en l’air. Twin Towers utilise deux cordons obliques. La course à l’élastique, comme son nom l’indique, implique de courir et non de sauter. La corde est attachée au participant et il court le plus loin possible sur une surface gonflable. Le point maximum atteint est marqué à l’aide d’un marqueur à velcro, après quoi le coureur est ramené à sa position initiale. Deux personnes ou plus sont impliquées dans cela et cela ressemble plus à une compétition en cours. Bungee Trampoline a un mélange de bungee et de trampoline. Le corps est monté dans un harnais attaché à un trampoline, qui à son tour est attaché à un élastique. Lorsque le participant commence à sauter, il va plus haut qu’un trampoline normal.

Le saut à l’élastique a été intégré dans de nombreux films et albums vidéo. Le plus célèbre de tous est le film de James Bond, Golden Eye, sorti en 1995. Le film débute avec Bond sautant d’un barrage en Russie. Le saut n’avait pas d’effet spécial et était authentique.

Comme les autres sports, le saut à l’élastique a son lot de blessures possibles. La plupart d’entre eux sont dus à une erreur humaine, à une défaillance du harnais de sécurité, à un mauvais calcul de l’élasticité de la corde et à une mauvaise connexion du cordon. Les blessures possibles sont l’enchevêtrement du corps avec la corde, les brûlures à la corde, les luxations, les traumatismes oculaires, le prolapsus utérin, les blessures au dos, les doigts pincés et les ecchymoses. L’âge, le poids, l’expérience et l’emplacement du sauteur doivent être examinés avant le saut, par mesure de sécurité.

Leave a Response